Copyright Helixeo 2019

Clients

 

Depuis 2007, Helixeo accompagne les décideurs publics et privés

 
 

Publications

Facilitations stratégiques

Refonder l'action en commun dans les organisations

et les territoires

Description

Peut-on réhabiliter des conditions de vie acceptables dans des territoires ayant subi une contamination chimique ou radioactive ? Comment favoriser une articulation harmonieuse entre des dimensions et des enjeux apparemment contradictoires ? Quelles modalités sont susceptibles d'aider à l’émergence d’une communauté de prise en charge d’un problème complexe et multiacteurs ? De l’île de la Réunion à la plaine de Versailles, du Haut-Béarn aux territoires biélorusses affectés par l’accident de Tchernobyl, les douze cas développés dans cet ouvrage ont été rédigés par des praticiens de la facilitation stratégique. Ils offrent un formidable message d’espérance pour des personnes confrontées à des situations qui paraissent inextricables : en complément des initiatives individuelles et des réponses collectives, un levier majeur de changement peut être activé, celui de l’action en commun.

 

Éditeur : Presses Universitaires du Septentrion

Extrait du chapitre écrit par Pomme Sturm,

associée fondatrice d'Helixeo

Le lancement d’une démarche patrimoniale

L’équipe du Conservatoire du littoral n’est pas satisfaite de la prise en charge actuelle des qualités du site, qui reste fortement dégradé et sous-valorisé. Au demeurant, elle souhaite anticiper le lancement d’un éventuel projet « fou ». Ses craintes sont fondées sur des aménagements passés que le mode de gestion actuel de la zone n’a pas su prévenir, comme l’installation une année d’une société d’événementiel en bordure immédiate du site et auparavant d’attractions aquatiques. Elle sait que divers aménagements sont en réflexion, portés par différents acteurs. Elle s’interroge sur la façon de mieux connaître les attentes de la population, cent mille habitants en zone urbaine dense et défavorisée, a priori en demande d’aménagements récréatifs, afin de prévenir les dégradations et de remplir la mission d’accueil du site, tout en conservant sa naturalité. Le Conservatoire du littoral décide alors d’être l’initiateur d’un projet partagé de valorisation du bien couvert par la convention de gestion et de remobiliser ses partenaires autour de sa gestion.

Été 2012 : L’antenne réunionnaise du Conservatoire du littoral publie un appel d’offres, intitulé « Quel projet partagé de valorisation de l’étang du Gol ? », sur un périmètre d’étude couvrant l’ensemble des terrains publics de la zone. Notre société, Helixeo*, propose une démarche patrimoniale pour répondre à ce besoin et obtient le marché. Nous décollons pour un premier voyage de dix jours.

Partis de Paris avec des images de flamboyants plein la tête, ce sont des poules d’eau que nous découvrons à notre arrivée, au bord d’une zone industrielle qui plus est ! Un étang ; des tables de pique-nique ; des déchets… pas de quoi s’enthousiasmer à première vue. Mais cette vision est celle de métropolitains, de « Zoreilles » comme on les appelle ici. Pour les Réunionnais, ce plan d’eau est un paysage pratiquement unique, très reposant, qui offre une vue splendide, d’un côté sur les montagnes – « les hauts » – et, de l’autre, sur la mer. En outre, il est très rare à La Réunion d’accéder à un espace naturel sans avoir à accomplir d’effort physique marqué, ce qui rend cet endroit particulièrement propice à l’accueil des scolaires, du grand public et même des personnes à mobilité réduite.

Faciliter la rencontre et la négociation des acteurs, une tâche difficile

Après un premier entretien approfondi avec l’équipe du Conservatoire du littoral, nous listons les acteurs ayant une responsabilité à l’échelle de l’île en veillant à leur représentativité stratégique et catégorielle, soit un total de 13 structures** pour 24 audités, certains entretiens rassemblant plusieurs personnes d’une même structure. Cette première étape se déroule tout à fait normalement et dans de bonnes conditions.

Notre intervention se complique lorsque nous allons à la rencontre des habitants ou usagers du site. En effet, au-delà du noyau dur des personnes « incontournables », que l’on ira auditer dans le cadre de leur activité en lien avec l’étang, comme les garde-pêche, l’éleveur de bœufs moka en convention avec le Conservatoire pour la pâture des prairies sèches ou le responsable de la station d’épuration, la page reste blanche en ce qui concerne les usagers du site. L’équipe commanditaire nous donne alors toute liberté pour contacter ceux que nous pourrons trouver, au fur et à mesure des entretiens et de nos investigations***.

*Helixeo : société d’analyse et de conduite du changement en stratégies territoriales et développement durable, créée en 2007. Les associés fondateurs réalisent régulièrement des démarches patrimoniales.

**Conservatoire de l’espace littoral et des rivages lacustres, Direction de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DEAL) de La Réunion, région Réunion, sous-préfecture de Saint-Pierre, conseil général, Communauté intercommunale des villes solidaires du sud (CIVIS), Fédération de La Réunion pour la pêche et la protection du milieu aquatique (FDAAPPMA), Office de l’eau (OLE), mairie de Saint-Louis, Association contre le projet de l’extension du golf de l’Étang-Salé (ACPEGES) et Association citoyenne de Saint-Pierre, Groupe pour la conservation de l’environnement et l’insertion professionnelle (GCEIP) et Office national des forêts (ONF).

***Au niveau local, nous voyons le responsable de l’Unité territoriale Sud Volcan de l’Office national des forêts, un agent d’entretien du site de l’étang de la mairie de Saint-Louis, un garde-pêche, un riverain, l’éleveur, un agent technique de la station d’épuration, un responsable de l’usine sucrière, un représentant du Syndicat du sucre, un représentant du futur musée de l’eau, un pêcheur, plusieurs usagers de l’espace de pique-nique.