home > Particuliers > Agriculture et santé >
Vers une agriculture et une pêche durable

La nourriture disponible est inégalement répartie entre les pays notamment du fait d’une agriculture et d’une pêche intensives dans les pays industrialisés qui s’opposent aux pratiques de la majorité des pays en développement de la planète. L’agriculture intensive des grandes puissances, fortement mécanisée, emploie peu de main d’œuvre, cultive des surfaces souvent très importantes à grands renforts d’engrais, de pesticides et d’énergie fossile, utilise une très faible diversité de plantes et d’animaux, consomme beaucoup d’eau. La majorité des pays en développement, malgré leurs ressources, est disqualifiée sur le marché mondial, les règles du jeu étant perverties par les subventions accordées aux agriculteurs des pays industrialisés ... Selon la Commission européenne, 40 % de la flotte européenne devrait être supprimée pour permettre aux ressources de la pêche de se renouveler. Un des effets pervers de cette surexploitation : les bateaux européens pêchent au large de la côte africaine et menacent la pêche locale avec des techniques beaucoup plus perfectionnées. Sur près de 600 stocks de poissons suivis par la FAO (Food and Agriculture Organization) dans l’ensemble des zones de pêches, 74 % des prises sont considérées comme une surexploitation du milieu maritime. Le dépassement des quotas a des conséquences irréversibles sur le renouvellement des espèces.

contact
Contact                          Plan du site                           Mentions légales                           Presse